FRMK blog - Almanak FRMK - Adh�rer

96 pages — 21 × 26,5 cm
quadrichromie — couverture souple
collection Amphigouri

ISBN 9782930204178
23 €

Lettres au maire de V.

Dans un pays saturé de lumières et de couleurs, une épidémie aiguë de dénonciations encombre la boîte aux lettres du maire de V. Les lettres dénoncent le laxisme des uns, la perversité des autres. Tout cela fait l’affaire d’un individu peu recommandable qui se présente sous le pseudonyme de L.G., coloriste. L.G. pour Loup-Garou, évidemment.

Des attouchements inadmissibles, des cadavres exsangues, des lieux abandonnés, un voyage assez bref dans les rues d’un ghetto new-yorkais, tels, parmi d’autres, les éléments du récit d’Alex Barbier : l’auteur qui aime à disparaître derrière l’anonymat de lettres inavouables, ici décadence du geste mallarméen, disparition élocutoire dans les bas-fonds de l’âme humaine.

Barbier a décidé de montrer la Bête plutôt que l’Ange, à la fin, et ce n’est pas ôter l’envie de lire le livre que de le dire, c’est le monstre qui gagne. La boucle est bouclée et qui croyait prendre est pris. Lecteurs de tous les pays unissez-vous et lisez, le soir, dans vos chaumières, les récits terrifiants d’un coloriste psychopathe.

Voici donc un livre qui aura préparé sa réception auprès du lecteur par des sentiers singuliers et pour le moins originaux : la publication d’une étude dans Frigobox 8 et une prépublication luxueuse au Japon. Sans doute le contenu et la forme même du livre exigent cette préparation. Lire un livre de Barbier, c’est toujours aller au-delà d’un choc aussi bien narratif que visuel.
Depuis le début de son travail, Barbier semble avoir trouvé sa manière, une manière hyper construite et très ouverte. On connaît ses influences parce qu’il les revendique dans les interviews et au sein de ses livres : la technique du cut-up de Burroughs est l’emprunt le plus lisible, pour le dessin, on songe notamment à Bacon. Selon l’auteur, la forme narrative de la lettre est la plus adéquate pour la mise en place de son travail. La lettre anonyme autorise en effet une souplesse dans la composition du récit : n’importe quelle planche peut devenir le vis-à-vis de n’importe quelle autre. Dans ce sens, la technique du cut-up trouve son accomplissement dans les pages sulfureuses de Lettres au maire de V.

Le sujet des Lettres est la dénonciation : dénonciation du laxisme des pères, dénonciation de la perversion et du voyeurisme. L’histoire des Lettres est celle de notre quotidien médiatique, Barbier le dit, ses personnages, il les a à portée de main, il n’a plus qu’à s’en emparer. La réussite du livre est d’abord à ce niveau-là, mais, cependant, ce n’est pas l’intégration du drame médiatique qui marque son aura. Ce qui ravit le lecteur, c’est la lumière. 

La lumière colorée de Barbier est l’authentique personnage du livre. Chez Barbier, la lumière dévore la scène, elle est l’éclairage qui signe le regard d’un auteur.

Du même auteur aux éditions FRMK
Dernière bande — 2014Le Dieu du 12 — 2011
Pornographie d'une ville (Lettres au maire de V., vol.3) — 2006
Lettres au Pair de F — 2006
Lycaons — 2003
Autoportrait du vampire d'en face (Lettres au maire de V., vol.2) — 2000
De la chose — 1997