FRMK blog - Almanak FRMK - Adh�rer

88 pages — 32 x 23,8 cm —
impression quadri — couverture cartonnée —
collection Amphigouri

 

ACHETER EN LIGNE 

 

ISBN 9782390220282
32 €

OSTENDE

Dans les Flandres, Ostende et ses environs, où la mer dort ou s’abat sur les digues, où paissent tout le jour de tranquilles vaches, où une femme solitaire se dénude en public, où des formes géométriques envahissent le ciel...

Ostende, premier volet de la série Derrière, est au premier regard une série de peinture, promenade mélancolique dans les paysages sereins des Flandres. Mais sous leur beauté picturale, hors du temps, ces paysages sont prêts à éclater, habités d’hypothèses quant à ce que cachent les apparences et l’habitude, habités de désirs, fantasmes, formes – chair ou abstractions – dont on ne sait s’ils sont réels ou imaginaires. Une grammaire géométrique perturbe l’espace, des bruits rompent un confortable silence et le font parler, comme des accidents dans le décor d’un spectacle bien rôdé, des déchirures dans une toile bien connue, par lesquels s’engouffrent sensations, tensions, désirs…

Entre autres visions, nous rencontrons Irène, sexagénaire qui aime à se dévêtir en milieu naturel, sous le regard d’hommes en costume cravate qui jamais ne la toucheront. Irène cherche l’extension du domaine des sens et du corps, l’élargissement de la perspective. Elle veut toucher du doigt l’impalpable et s’y fondre, être touchée, submergée, voir ce qui bout sous la surface tranquille des choses. À Ostende, il s’agit de quitter une vie, où l’habitude et des sens corsetés nous tiennent, pour une autre, dans le même lieu et à la même époque. Le temps se dilatte sous la force émanant d’un paysage, ou se contracte lorsqu’un détail, un geste ou un visage témoignent d’une vie entière.

Posant des yeux à la fois voyeurs et bienveillants, Ostende déchire la surface que nos yeux se bornent à voir, saisit ce qui se passe horschamp, où rugissent en silence des désirs, des élans vitaux, où dansent sensations et abstractions. Derrière la digue, dans une ferme isolée, sur une plage la nuit, ses paysages forment une scène où tout peut survenir, calme avant l’orage de sensations. Un contrechamp fourmillant d’aventures cachées s’installe petit à petit, révélé par une prose suggestive, procès verbaux de scènes érotiques ou libératrices.

Dominique Goblet souffle le froid et le chaud, nous fait errer, chercher. Elle nous fait glisser de la douceur à la brutalité, du loufoque au sublime, sur un fil entre un réel trop calme et un imaginaire luxuriant. Notre soif de liberté et notre peur de l’inconnu se confrontent sans cesse, et peu à peu se concilient dans l’envie